LE COMPOSTAGE DES BIODECHETS
DANS LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DES DUYES ET BLEONE

1. La Communauté de Communes des Duyes et Bléone

Depuis 1988, la Communauté de Communes mène une politique volontariste en matière de gestion des déchets ménagers. Dès 1991 une étude est réalisée afin de de trouver des solutions pour limiter les quantités d'ordures ménagères collectées. Ainsi, l'année 1993 marque le départ de la collecte sélective avec la mise en place des premières colonnes de tri pour le verre puis progressivement pour le papier et les emballages ménagers.
Le compostage de la fraction fermentescible des ordures ménagères (FFOM) ou biodéchets a débuté en janvier 1996 sur la commune de Thoard (650 habitants).

Le Plan départemental d'élimination des déchets ménagers a vu le jour en février 2002. Ce Plan défini l'organisation départementale de la gestion des déchets ménagers. L'objectif pricipal fixé par le Plan est la valorisation maximale des déchets ménagers produits, notamment par le tri sélectif des emballages ménagers, du papier, des bouteilles en verre et le compostage des déchets de cuisine et des déchets de jardin. Les déchets recyclables et les biodéchets représentent environ 50 % du poids de notre poubelle.

La politique de la Communauté de communes en matière de gestion des déchets s'intègre donc au Plan départemental. Ainsi, en 2004, sur la Communauté de communes des Duyes et Bléone 137 tonnes de déchets ménagers ont été valorisées, ce qui représente de 13 % du poids de la poubelle, pour une production annuelle totale d'ordures ménagères de 1057 tonnes.
Des progrès sont encore à faire pour atteindre les 50 % fixés par le Plan départemental mais nos sommes sur la bonne voie.

2. Le Dispositif de compostage

Le dispositif de compostage s'appuie sur deux systèmes complémentaires :

1 composteur de village capable de traiter 380 kg de déchets fermentescibles par semaine (Modèle T 120 de KOMPOSTINNOVATION AB, société suédoise), installé au quartier du Serre à Thoard.
Le composteur assure le traitement des déchets de cuisine et ne permet le traitement des déchets verts qu'en faible quantité (pas plus de 10 % des apports).

• Une opération de compostage individuel menée en collaboration entre le Syndicat Départemental de Valorisation des Ordures Ménagères (SYDEVOM) de Haute Provence et la Communauté de communes des Duyes et Bléone. Depuis le 1er octobre 2004, 130 composteurs individuels ont été distribués aux familles volontaires des sept communes. Ces composteurs sont prévus pour traiter les déchets de cuisine et les déchets de jardin.

L'intérêt du dispositif de compostage réside dans le fait que les déchets organiques traités par compostage ne se retrouvent pas dans le circuit d'élimination des ordures méangères. Ils ne sont donc pas coûteusement transportés et traités par des équipements aux normes. Le compostage associé au tri sélectif permet de limiter l'augmentation des coûts d'élimination des ordures ménagères.

3. Communication

Diverses actions de communication ont été menées depuis le lancement de l’opération :
- Bulletin municipal de la commune de Thoard "Spécial environnement" expliquant le compostage : janvier 96
- Lettre de la Communauté de Communes des Duyes et Bléone aux habitants : fév 96
- Distribution de bio-seaux aux habitants : février 96
- Réunion publique : mai 96
- Distribution de compost aux habitants et les premiers résultats : mai 96
- Information des estivants par des affiches et des notices explicatives : juin - juillet 96
- Réalisation d'un chantier environnement avec les Guides de France : été 96
- Distribution de compost : août 96
- Inauguration : septembre 96
- Information des employés de la Communauté de Communes
- Questionnaires auprès des habitants : juillet 96 et décembre. 97
- Diffusion des résultats de la dernière enquête : juillet 98
- Distribution du guide de tri avec encart spécial compostage : juillet 1999
- Réunion publique : juin 2000
- Distribution de compost : printemps et août 2001
- Information lors de la foire aux Agnelles en août 2002
- Réunion publique le 1er octobre 2004 pour le lancement de la distribution des composteurs individuels
et régulièrement, des articles dans la presse locale, la presse spécialisée, les bulletins d’information communaux et intercommunaux.

 

4. Fonctionnalité

Composteurs individuels
Les composteurs individuels ont été installés chez les personnes volontaires et possédant un jardin. Les notices fournies ont permis un montage facile. La convention signée entre les habitants, la Communauté de communes et le SYDEVOM prévoit une période de suivi de 5 ans.

Composteur de village (voir schéma 1 et photo 1)
Le composteur collectif est un cylindre rotatif avec ventilation forcée. L'isolation thermique du cylindre, la ventilation et le brassage de la matière organique provoqué par la rotation du cylindre permettent de diminuer le temps de séjour des biodéchets dans le composteur.
Les utilisateurs vident leur bio-seau dans l'un des 13 bio-conteneurs de 120 L répartis dans le village. Chaque bio-conteneur est vidé une fois par semaine. Afin d’homogénéiser le fonctionnement du composteur, l’alimentation est fractionnée.
La matière organique issue des ménages est mélangée avec des copeaux de bois ou de la sciure dont le rôle, outre celui de structurant, permet de fixer l'humidité à une valeur compatible avec une biodégradation maximale. En effet, si l'humidité est inférieure à 60 %, l'activité microbienne subit un ralentissement. Si l'humidité est supérieure à 75 %, les conditions deviennent anaérobies et de fortes odeurs apparaissent. Un apport de 10 % en masse de copeaux est donc nécessaire. Le mélange copeaux/déchets séjourne environ 6 semaines dans le composteur.

Type de dégradation : dégradation accélérée en bioréacteur pendant 4 à 6 semaines puis maturation. La réduction de masse est de l'ordre de 80 %. Le compost obtenu est de bonne qualité.
En sortie de composteur, un criblage manuel permet de discriminer les inertes et de valoriser au mieux la matière noble compostée.
Nuisances observées : odeurs, insectes et parfois écoulement de jus au niveau des bio-conteneurs.
Prix du composteur T120 : 60000 FHT en 1996 soit 9147 €.
Coût de gestion des déchets fermentescibles : 170 €/t en 2002.
Temps d’exploitation : 2 h 30 / semaine (collecte – alimentation – lavage – criblage - remise en place des bio-conteneurs).

 

Schéma 1 : descriptif du composteur collectif Kompostinnovation

Photo 1 : le composteur collectif

5. Résultats

Le fonctionnement du dispositif de compostage sur la commune de Thoard est satisfaisant.
La granulométrie du compost obtenu est équilibrée.
La diminution du rapport C/N, l'évolution du pH vers des valeurs basiques et l'évolution de la granulométrie vers des particules plus fines indiquent une biodégradation normale.
La stabilité structurale du compost obtenu est bonne.
Les concentrations en micro polluants minéraux sont telles que le compost satisfait aux normes françaises et européennes.
Quantité de fermentescible collectés : 5,8 t en 2002.
Apport moyen de matière organique au composteur collectif : 100 à 150 kg/semaine en 2002.
Le compostage additionné à la collecte sélective permet une valorisation de 25 % des ordures ménagères de Thoard.
De part ses caractéristiques, le composteur collectif est actuellement en sous-emploi. Cependant, cette situation fait que la matière à composter séjourne un peu plus longtemps dans le cylindre. A la sortie, le compost obtenu est encore plus fin qu’en fonctionnant à pleine charge.
Le problème des odeurs au niveau des conteneurs de collecte des déchets organiques peut être limité par la mise en place de paille de lavande au fond des conteneurs. Afin de limiter l’écoulement des jus, des copeaux de bois sont placés au fond des bio-conteneurs.

Le résultat attendu du compostage individuel concerne la diminution sensible des quantités de déchets ménagers collectés. On peut espérer une réduction de l'ordre de 2 à 3 %.

6. Projets

• Amélioration des résultats actuels, essentiellement au niveau de la quantité de biodéchets traitée au composteur collectif de Thoard.
• Extension du nombre de composteurs individuels installés dans la Communauté de communes..


Conclusion

L'utilité de la gestion sélective des déchets ménagers est largement reconnue par la population.
La réduction des nuisances mises en évidence peut être un facteur d'adhésion de la population qui n'utilise pas les composteurs.
Les retombées locales sont positives en termes de maîtrise des coûts de gestion des déchets, d'image (Thoard site pionnier en milieu rural), et de valorisation du cadre de vie. En effet, pour un coût de revient à la tonne inférieur au coût d’élimination des déchets ménagers (170 €/t pour le compostage contre 211 €/t pour les ordures ménagères), le compostage de proximité bénéficie d'une image de protection de l'environnement, de réduction de la quantité de déchets mis en décharge et permet de limiter les transports de déchets. De plus, la gestion locale du dispositif permet une plus grande implication de la population.